Rec Rugby Rennesclub breton de Fédérale 1

Fédérale 1

Nikoloz Kazalikashvili : ''Le rugby russe est très physique !''

Accueil > Equipes séniors > Nikoloz Kazalikashvili : ''Le rugby russe est très physique !''
Le pilier Nikoloz Kazalikashvili, passé par Rennes, a rallié la Russie cet été et découvert un nouveau championnat. Il raconte.
Kazalikashvili
Kazalikashvili a rejoint la Russie et Kazan ©IG : strelarugby
Kazalikashvili
Nikoloz à l'entraînement en Russie ©IG : strelarugby

Après six saisons en France, tu as décidé de partir découvrir le rugby russe, comment cela s’est fait ?

J’ai grandi en Géorgie mais je suis né en Russie et je parle le russe. J’ai donc les deux nationalités. Toutefois je n’y ai jamais joué et un ami qui évolue à Strela, un club de D1 russe, m’a parlé du projet du club. Le courant est bien passé avec le manager qui est sud-africain, j’étais curieux de découvrir ce rugby. En plus, c'était l’occasion de jouer avec mon ami, qui est troisième-ligne, et de me rapprocher de ma famille. 


Le club de Strela qu'a rejoint Nikoloz est basé à Kazan dans l'Ouest de la Russie. Notamment connu pour son club de football, le FK, Kazan est une ville de plus d'un million d'habitants.


Comment se sont passés les premiers mois ? 

C’est très professionnel, très honnête et je suis content de mon intégration. Les entraînements ressemblent vraiment à ce que l’on produit en France. D’un point de vue personnel, mon épaule qui m’a beaucoup gêné à Rennes va mieux, j’ai pu la soigner. Physiquement, j’ai dû me remettre au niveau après plusieurs mois sans match mais la préparation physique m’a aidé. Il a fallu s’adapter aussi au synthétique. J’ai faim de prouver et j’ai pu jouer les six premiers matchs de championnat. Ça va pour le mieux, Dieu merci. 

À quoi ressemble le rugby dans le championnat russe ? 

Très très physique sincèrement. Il y a beaucoup de Néo-Zélandais, de Sud-africains en plus des locaux et j’ai été marqué par les duels, l’intensité des collisions, les gabarits solides. Les systèmes sont différents de ce que j’ai pu connaître en France. À Strela, on joue le ‘’rugby physique’’ et ça me plaît

Comment cela se passe-t-il actuellement ?

En ce moment, on n’a pas de match, on reprendra en février. Il y a deux tableaux : la coupe et le championnat et la saison se déroule en deux parties. L’objectif est de se qualifier pour les play-offs en fin de saison. L’équipe a réalisé un début de saison plutôt correct. On veut faire partie des meilleurs clubs du pays. Ça passera par beaucoup de travail, comme partout. Je suis content d’avoir rejoint la Russie, le seul truc c’est qu’il fait vraiment froid, là il neige par exemple. Et je n'ai pas encore de doudoune (rires). 

Tu gardes de bons souvenirs de la France ? 

Revenir jouer en France, c’est encore une possibilité. J’y ai joué six ans, ce pays me manque. C’est difficile à expliquer mais je l’apprécie énormément. J’ai pu tisser des relations fortes. Concernant Rennes, je suis les résultats et je parle encore aux mecs. Surtout Kevin (Aparicio), Atonio (Ulutuipalelei) et Patrick (Tuugahala). Je sais presque tout ce qu’il se passe (rires). 

Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour les prochains mois ?

La santé et je vous souhaite la santé également, c’est très important particulièrement actuellement. 

 

  • Auteur d’un solide début de saison, Nikoloz a notamment été sélectionné pour participer à un stage avec l’équipe nationale de Russie. Si le pilier s’est rendu en Turquie avec l’équipe, il n’a pu se montrer, les entraînements ayant été annulé à cause du Coronavirus. 
Bannière Ici Rennes
Actualités

La poule 1 pour le REC

F1

01 juillet 2021

Quels adversaires pour les Rennais en Fédérale 1 ?

Justin Taillart rallie Rennes en provenance des Espoirs d'Agen

Taillart

13 juin 2021

Le pilier gauche Justin Taillart signe au REC.

Kévin Courties : ''la venue d'Yvan Leroyer est une opportunité qui nous offre de nombreuses options stratégiques''

REC_recrue

02 juin 2021

Ancien joueur de l’Académie du REC, Yvan Leroyer a ensuite fait carrière au LOU, à treize et au Stade Métropolitain notamment....

Cory Whakatihi vient poursuivre sa progression à Rennes

Whakatihi

23 mai 2021

Cory Whakatihi, troisième-ligne néo-zélandais de 24 ans, débarque au REC en provenance de Valence d'Agen (Fédérale 1).

Tous les actualités