Rec Rugby Rennesclub breton de Fédérale 1

Loin des yeux, proche du REC

Accueil > Equipes séniors > Loin des yeux, proche du REC
Tous trois passés par les équipes jeunes du club, à la fibre réciste, Paul Lanctin, Arthur Calvet et Rodolphe Bertrand évoluent cette année dans un championnat étranger (Espagne et Écosse). Retrouvez le récit de leurs nouvelles aventures.
Loin des yeux, proche du REC - media1
Loin des yeux, proche du REC - media2

Présentez-vous en quelques mots.
 

Rodolphe, 22 ans. J'ai commencé le rugby à l'âge de huit ans au Rugby club de Dinan. J'y ait fait toute mon école de rugby avant d'ensuite intégrer la section sportive du REC en seconde année de cadet. Cela fait donc six ans quue je suis au club et que je porte le maillot réciste.

Arthur, 20 ans. J’ai commencé le rugby à l’âge de 5 ans au club de Bruz. En -13 ans, j’ai rejoint le REC jusqu’à le quitter cette année. J’ai fait une étape au pôle espoirs de Tours pendant 2 saisons (y jouant une année en tutorat).

Paul, 22 ans. Cette année aurait été la 10e au REC et la quatrième en sénior.

 

Racontez-nous votre parcours au REC. Quels sont les joueurs, les entraîneurs que vous avez côtoyé ? Un souvenir précis  ?

 

Rodolphe : Comme je l'ai dit précédemment cela fait six ans que je suis au club maintenant. J'ai pu dès ma première année U17 évoluer en Alamercy (NDLR : meilleur niveau national pour des cadets 2e année) contre des équipes forts intéressantes à jouer. Puis continuer en juniors afin d'arriver  dans le le groupe senior pour osciller entre la première et la B. Au niveau des joueurs qui m'ont marqué, il y a ceux de ma génération à l'académie avec lesquels j'ai passé presque trois ans non-stop au lycée et sur les terrains et qui sont devenus des amis. Ensuite, au niveau des entraîneurs, il y a eu évidemment Guillaume Comméat qui m'a permis de jouer en Federale 2 dès ma première année senior. Ensuite Antoine Bertrand qui nous a suivi en juniors et puis en Fédérale l'année dernière. Enfin Thierry, qui était le seul à comprendre mon côté "différent". En souvenirs précis, des matchs palpables contre Trignac, par exemple et aussi les premiers matchs en première avec mon frère (NDLR : Martin, 3e ligne du groupe senior) !

Arthur : J’ai donc rejoint le REC en benjamin où j’ai quasiment toujours joué avec mon acolyte de charnière Gautier Carmagnac. J’ai eu un paquet d’entraineurs, comme le légendaire Clément Dion, certains avec lesquels j’ai joué en senior, ensuite, comme Raphaël Blandel alias Mourinho, Erwann Le Calvez, Arnaud Varin (NDLR : tous trois portent ou ont porté le maillot du REC cette saison) ou même contre lesquels j’ai joué : Clément Desvaux (désormais à Saint-Sébastien). En souvenir, il y a cette victoire contre Vannes en finale du championnat de Bretagne avec une super génération (Gwendal Poences, Alex Nicoué, Paul-Arthur Batot et bien d’autres…). Mais aussi notre parcours jusqu’en ¼ de finale de cadets Teulière A (NDLR : U17 alors, désormais U16 avec le changement de catégorie) avec la génération 1995 (Lounés Sauvée, Sébastien Fasquel, Pierre-Yves Rebillard et bien d’autres qui jouent aujourd’hui en senior). Enfin, cette montée en Fédérale 2, notamment avec ce légendaire Pierre Hug’ qui nous a tant appris avec mon jeune ami Lounès pour notre première année ''chez les grands''. Par ailleurs, j’ai aussi entrainé pendant 3 saisons, en suivant la génération 2000 de U14 à U16, avec mon compère Batou (NDLR : figure très connue au club, ''Batou'' porte aujourd'hui le maillot de Fougères après avoir entraîné et joué de nombreuses saisons au club). On a fini ces 3 années par un joli parcours en phase finale Teulière A également.

Paul : Je garde un très bon souvenir de ma deuxième année de senior, saison de mes premiers matchs en équipe 1, de phases finales et de la remontée du club en Fédérale 2. J'y ai beaucoup appris et pris confiance en moi avec comme entraineurs Jean-François Jammes, Thierry Aussillous puis Antoine Bertrand.
 

Où évoluez-vous donc cette saison? Pourquoi ce choix et comment cela s'est fait ?

 

Rodolphe : En ce moment, je suis en Ecosse sur la côte Ouest ; plus précisément dans la ville d'Oban. Jolie petite bourgade qui donne sur la mer d'écosse. Je suis venu ici sur une décision rapide, n'ayant pas eu la possibilite d'effectuer un échange universitaire cette année, j'ai décidé de pendre une année sabbatique pour perfectionner mon anglais. J'ai trouvé ce club par le biais d'Antoine Pamiseux (NDLR : joueur formé évoluant principalement en deuxième-ligne) qui est ici depuis un an et qui m'a mis en contact avec le club.

Arthur : Cette année, je suis parti en Erasmus en Espagne, à Valladolid, la ville la plus « rugby » d’Espagne. Je joue pour El Salvador, double champion en titre du pays (Coupe du Roi et Division de Honor, la meilleure division espagnole). J’ai trouvé ce club sur Facebook, j’ai simplement envoyé un message, mon CV et j’ai rejoint l’équipe lors de mon arrivée fin août.

Paul : J’ai choisi de passer ma dernière année de Licence de droit en Espagne en tant qu'Erasmus, plus précisément à Grenade. C’est là que je continue le rugby, sous les couleurs bleues et blanches du club de l’UGR (Universidad de Granada Rugby).
 

Quel est le niveau auquel vous évoluez en comparaison avec la France?
 

Rodolphe : Le niveau est sensiblement le même qu'une bonne vieille poule Honneur Bretagne en France.  

Arthur : Le niveau de l’équipe première vaut une très bonne équipe de Fédérale 2, peut-être même de Fédérale 1. Elle joue la 3e coupe d’Europe (qualificative pour le Challenge Européen). Il y a d'excellents joueurs comme Joe Mamea, numéro 8, qui a quelques sélections avec les Samoa. Je pense que la B vaut la division d’honneur en France. J'ai repris il y a quelques semaines les entraînements complets (NDLR : Arthur s'était rompu les ligaments croisés l'an passé lors de la première journée de Fédérale 2). Et j'espère pouvoir faire quelques match en équipe une.

Paul : L’équipe première étant descendue de seconde division nationale espagnole l’année dernière, elle évolue cette année en première division régionale d’Andalousie. Je pense que le niveau de l’équipe est équivalent à celui d’une Fédérale 3. L’effectif est principalement universitaire, ce qui en fait une équipe jeune et avec un bon potentiel. Il y a quelques étrangers tout comme moi, venant d’un peu partout et composant l’équipe. La saison a très bien commencé, nous restons invaincus pour le moment, l’objectif étant de remonter en division de Honor B, en 2e division nationale (NDLR : au 15 novembre, l'équipe de Paul occupe la place de leader du championnat).

 

Présentez-nous votre nouveau club? Quelles sont les similarités et les différences entre le REC et ce club?
 

Rodolphe : Le Oban RFC est un club multisport avec des sections football, rugby et d'autres sports écossais. C'est un club qui se veut très structuré pour un niveau amateur. Il y a énormément d'étrangers qui jouent ici, également, pour apprendre la langue et travailler. C'est un melting pot entre Bulgares, Lettons, Lituaniens, Français, Italiens, Anglais, Gallois, Australiens, Sud-Africains et Ecossais. Au niveau des différences, on peut remarquer le port de la cravate après les matchs ; c'est une obligation, associée à la chemise. Il y a aussi un moment de partage avec les adversaires lors du buffet, post-rencontre. Leur manière de boire collectivement et rapidement est très particulière. Et évidemment le club house !

Arthur : El Salvador est l’un des deux clubs de Valladolid, qui sont certainement les 2 meilleures d’Espagne. Les différences ne sont pas énormes avec le REC et c’est sûrement pour cela que je me plais dans ce club. Mis à part le fait qu’ils parlent espagnols, qu’il y a pas mal d’étrangers (Anglais, Français, Sud-afs, Argentins…), et peut-être moins cette âme de la B, les clubs se ressemblent. Le groupe est assez jeune, on joue en noir et blanc et... il n’y a pas de club house !

Paul : Le rugby en Espagne est beaucoup moins développé qu’en France. Les clubs ont moins de moyens et sont plus rares. Le club de Grenade est avant tout un club universitaire, les joueurs sont principalement étudiants et le terrain est situé au milieu d’un campus universitaire. C’est un club assez similaire au REC, composé de jeunes qui sont très investis dans le rugby et ont envie de porter haut les couleurs de leur club. J’y ai été très bien accueilli par les dirigeant et les joueurs, heureux de pouvoir partager leur rugby avec des rugbymen venus d’ailleurs. C’est une équipe avec un super état d’esprit, on sent les joueurs motivés pour gagner chaque match et atteindre l’objectif de la montée. Je garde mon rythme d’entrainement de l’année dernière avec trois entraînements par  semaines (dont 1 de physique), ajoutés aux séances de muscu.


 

As-tu une anectdote particulière à nous raconter sur ton arrivée à l'étranger ?

 

Rodolphe : Le froid et la pluie sont particulièrement rudes. Pour un match, on a dû balayer le terrain pour pouvoir jouer, tellement il était imprégné d'eau.

Paul : Mon premier souvenir ici est mon premier match de préparation contre Malaga début septembre, qui fut très compliqué personnellement... Il devait faire 40°C en début d’après-midi sous le soleil andalou, avec un terrain dur comme de la pierre :  dure reprise pour un breton !  

 

Un dernier mot?
 

Rodolphe : Je vais à la musculation 4 fois par semaines ! Come on The B, Come on Lads !

Arthur : Je continue à suivre les résultats de REC, et ils me font plaisir en senior comme en jeunes ! Vamos la B, Vamos le REC !

Paul : Bien que parti cette année, mon coeur reste au REC, je suis cette saison prometteuse de très près ! La saison dernière fut compliquée, alors profitez et prenez du plaisir cette saison. J’ai déjà hâte de revenir pour la prochaine ! Allez le REC !

 

Jean

Bannière Ici Rennes
Actualités

La poule 1 pour le REC

F1

01 juillet 2021

Quels adversaires pour les Rennais en Fédérale 1 ?

Justin Taillart rallie Rennes en provenance des Espoirs d'Agen

Taillart

13 juin 2021

Le pilier gauche Justin Taillart signe au REC.

Kévin Courties : ''la venue d'Yvan Leroyer est une opportunité qui nous offre de nombreuses options stratégiques''

REC_recrue

02 juin 2021

Ancien joueur de l’Académie du REC, Yvan Leroyer a ensuite fait carrière au LOU, à treize et au Stade Métropolitain notamment....

Cory Whakatihi vient poursuivre sa progression à Rennes

Whakatihi

23 mai 2021

Cory Whakatihi, troisième-ligne néo-zélandais de 24 ans, débarque au REC en provenance de Valence d'Agen (Fédérale 1).

Tous les actualités