Rec Rugby Rennesclub breton de Fédérale 1

Avant-match, J11

Mathieu Brignonen : ''Il faut continuer''

Accueil > Equipes séniors > Mathieu Brignonen : ''Il faut continuer''
Mathieu Brignonen, arrière du groupe première, s'est confié avant l'ultime rencontre de la phase aller, qui va voir les Bretons défier Beauvais. Rugby émirati, progression, seven et objectifs, le (très) rapide noir et blanc s'est posé, le temps de répondre à nos questions. Entretien.
Brignonen
Mathieu Brignonen plonge dans l'en-but contre Plaisir (6e journée) ©Jacques Moureau
REC-Chartres
L'arrière rennais, Mathieu Brignonen, est prit dans l'étau chartrain entre Zié et François (8e journée) ©Jacques Moureau
Brignonen
Brignonen et Georgiou se congratulent après le 6e essai du REC face à Plaisir ©Jacques Moureau

Casque bleu fluo vissé sur la tête, appel de la balle dans ses 40, passe de Gaëtan Béraud dans l'intervalle puis un rush en solitaire conclu dans l'en-but après un raffut d'école sur le dernier défenseur. L'essai de Mathieu Brignonen, 40 secondes après le début de la deuxième-période face à Chartres (9e journée), a braqué les projecteurs sur l'arrière et a lancé les Bretons sur la route d'une victoire bonifiée face à un concurent direct. De la région parisienne à Abu Dhabi en passant par Clermont jusqu'à la Bretagne, le parcours de Mathieu est aussi original qu'il se veut rapide et créateur sur les pelouses. Auteur de trois essais en sept matchs cette saison, il s'est livré avant une rencontre qui pourrait permettre aux Rennais de finir la phase aller invaincus. Cela devra passer par Beauvais. 

Présente-toi en quelques mots. Qu'est-ce qui te caractérise ?

J'ai 22 ans et je suis originaire de la région parisienne, plus précisément de Saint-Germain en Laye. En dehors des terrains, je suis plutôt très discret surtout quand je ne connais pas. Sinon je suis déconneur, détendu, assez nonchalant, un peu une attitude à la ... (rires) Romain Laboudigue (NDLR : ouvreur du groupe senior). 
Côté rugby, j'évolue à l'arrière, j'ai plus un profil de joueur rapide, j'aime les espaces, jouer les contres-attaques, les ballons de relance et mettre de la vitesse. 

Quel est ton parcours rugbystique ? 

Je suis, donc, originaire du 78 où  j'ai commencé le rugby. Ensuite avec ma famille, on a déménagé à Abu Dhabi pour suivre mon père ; ça devait durer trois ans et finalement on y est resté treize ans. J'ai pu y faire du rugby où j'ai d'abord joué à l'école française avant de rejoindre le club anglais d'à côté : le Abu Dhabi Al Ghazal Club qui s'appelle désormais Abu Dhabi Harlequins Club (en partenariat avec les Harlequins de Londres, club référence au Royaume-Uni). J'y ai été jusqu'à mes 18 ans, entrecoupé d'une année à l'ASM Clermont Auvergne où j'ai voulu tenter l'aventure. Ensuite, je suis arrivé à Rennes où j'ai suivi mon frère qui cherchait une école d'horlogerie et j'ai intégré STAPS de mon côté. Du coup, j'ai atterri au REC. 

Que peux-tu nous raconter de ton aventure dans le rugby émirati ? 

Aux Émirats, on joue avec beaucoup d'expatriés : des Néo-Zélandais, des Anglais, des Australiens et même des Pakistanais. Il y avait des anciens pros comme Jérémy Manning qui a joué au Munster (NDLR : arrière irlandais également passé par Newcatle qui évolue encore aux Harlequins), ou des anciens internationaux All-Blacks qui venaient du rugby à XIII. Pendant l'année, on faisait un peu de tout, du rugby à XV puis du XIII et du VII. La grosse différence c'est que, là-bas, il y a moins l'esprit de compétition. On jouait pour le plaisir, certes sérieusement, mais il n'y avait pas la pression de la montée ou de la descente. 

Quand tu arrives en senior au REC, le club vient de descendre, tu évolues principalement en Fédérale 3B, comment as-tu vécu cette progression sur les plans collectifs et individuels jusqu'au haut de tableau de la Fédérale 2 ? 

Quand j'intègre le groupe senior, le club venait d'être rélégué, j'ai joué en B puis en première puis de nouveau en B. J'ai eu une pubalgie qui a pris beaucoup de temps à se guérir et qui ne me permettait pas d'être à 100 pour 100. Ensuite, je me suis fait soigner sérieusement par Sandrine Agricole. Aujourd'hui, je me sens mieux physiquement et je suis vraiment content de pouvoir enchaîner les matchs. Au niveau du club, on ne peut être que satisfait, dans un coin de la tête, on a la F1 mais il faut garder les pieds sur terre, travailler sérieusement. On revient de loin après avoir connu la Fédérale 3 et le maintien en F2, il y a peu de temps. 

Quel regard portes-tu sur le début de saison et cette série de dix victoires en dix matchs ? 

Beaucoup pensaient nous voir déchanter au troisième bloc, disant que les deux premières tranches de match paraissaient plus abordables. On a battu Chartres sur un gros score et on fait un coup à Bobigny ; sur cette phase aller, c'est un bilan très satisfaisant. Maintenant, il reste Beauvais. On est bien lancés, il faut continuer. Une victoire ce week-end pourrait nous permettre d'aborder la phase retour plus sereinement. 

Est-ce qu'on peut la dire alors cette phrase : ''le groupe vit bien'' ? 

En ce moment, oui, le groupe il vit bien (sourire). Surtout que c'est une bande de potes à la base. À l'entraînement, ça donne envie de bosser ensemble et d'aller le plus loin possible avec ces gars là. 

Qu'est-ce que tu peux nous dire à propos de ta concurence avec Chris ? 

On fait beaucoup tourner. On a des profils vraiment différents. C'est un joueur ''classique'', si je puis dire. Il est propre, il est serein. De mon côté, je suis plus dans le domaine ''créateur'', j'aime beaucoup le ballon, tenter de créer des brèches. C'est une concurence saine et sans forcément le savoir, on se tire la bourre. Quand il part en sélection, c'est aussi à moi de prendre le relai comme face à Chartres et Bobigny. 

Tu as été convié au championnat de France Espoir à VII cet été, quel regard portes-tu sur cette expérience ? 

Je suis un peu déçu. J'ai été contacté, comme Martin (Bertrand, troisième-ligne), par la Fédération et par Nicolas Leroux pour participer au championnat de France Espoir de Rugby à VII. C'était l'occasion de se faire répérer pour intégrer France Développement (NDLR : l'antichambre de l'équipe de France à VII) et je suis passé complètement à côté. Ayant vécu treize ans aux Emirats je suis toujours allé voir le Dubai Sevens et j'y ai participé trois fois avec le club, un de mes objectifs c'est de pouvoir y rejouer un jour. Cela me tient à coeur.  Une bonne performance au tournoi d'Agen aurait pu me permettre d'y retourner et cette fois-ci avec le maillot de France Développement. Y revoir mes anciens coachs, tous mes potes là-bas et leur montrer où j'en suis désormais. D'être passé à côté de ça, j'étais un peu dégouté mais il a fallu retourner vite au travail. Je reste sérieux et on ne sait jamais. 

Retour au XV, un gros match match attend le groupe, ce week-end, face à Beauvais, de quelle manière va-t-il falloir aborder la rencontre ? 

C'est un gros pack qui va se déplacer, derrière ça va vite. Ça peut-être un beau match je pense. Ils sont troisième et vont avoir la volonté de finir la phase aller sur une bonne note à domicile. On y va pour gagner, finir cette phase aller invaincus, ce serait déjà fou. Il ne faut surtout pas les prendre à la légère. 

Le mot de la fin ? 

Arnaud (Le Berre) attendait que je lui dise ''je t'aime bébé'' (rires). Allez le REC et allez les bébés !

Jean

L'adversaire :

La dernière confrontation entre le REC et Beauvais remonte au printemps 2015 quand les deux équipes s'étaient affrontées en 1/8e de finale du championnat de France de Fédérale 3. Les Rennais l'avaient alors emporté d'une courte tête. Depuis les deux clubs se sont stabilisés en Fédérale 2.
Les Rouges et Blancs ont fort bien débuté la saison avec quatre victoires en quatre matchs avant de connaître une légère baisse de régime. Deux grosses victoires sur les pelouses de Drancy et Saint-Denis les ont propulsés en haut du tableau. Menés par l'ouvreur Drahonnet, auteur de 108 points en dix matchs, ils voudront terminer la phase aller par une victoire. Bruno Santacapita (première-ligne) est avec cinq essais le meilleur marqueur du groupe beauvaisien qui occupe la troisième place du classement, juste devant Le Rheu et à deux points de Bobigny. 

-Samedi 9 décembre
-15h30 pour les Espoirs
-18h pour la première
-Match à suivre en direct sur Twitter : @rennesrugby 

Actualités

Deux matchs amicaux au programme de la pré-saison

REC

06 août 2020

Les Rennais vont jouer deux matchs amicaux avant le départ du championnat.

PRO D2, jeu au sol, harpon, Narbonne... zoom sur Pierre Algans, néo-rennais

Algans

30 juillet 2020

Pierre Algans fait partie des nouveaux visages débarqués à l'intersaison dans le groupe rennais. Arrivé en provenance d'Aurillac...

Le REC chez vous : entraînements délocalisés !

REC

29 juillet 2020

Sur plusieurs dates du mois d'août, les Rennais vont s'entraîner hors de leurs bases.

Le groupe Fédérale 1 de retour à l'entraînement

REC

22 juillet 2020

La préparation estivale a débuté pour l'équipe fanion.

Tous les actualités