Rec Rugby Rennesclub breton de Fédérale 1

Pré-saison

Yoann Carnot, préparateur physique : ‘’Ta pré-saison conditionne ton championnat’’

Accueil > Equipes séniors > Yoann Carnot, préparateur physique : ‘’Ta pré-saison conditionne ton championnat’’

Fédérale 1 - Calendrier des matchs du Rec Rugby Rennes 2019-2020

Yoann Carnot, préparateur physique de l’équipe fanion, s’est confié alors que la préparation estivale des Rennais bat son plein depuis le 3 juillet.
Carnot
Yoann Carnot, préparateur physique de l'équipe fanion ©Dominique Deblaise
-par Jean 

Le groupe a repris l’entraînement deux semaines plus tôt que l’année dernière. Pourquoi ce choix ? 

On a terminé la saison plus tôt que l’année d’avant donc on a pu se permettre de faire une coupure plus importante. Ensuite, c’est une question de découpage des séquences de travail. Grossièrement, les premières adaptations physiologiques interviennent au bout de deux semaines. Et il te faut également deux semaines dites ‘’d’affûtage’’ avant la compétition pour arriver dans de bonnes conditions. Par conséquent, il nous reste six semaines pour nous préparer physiquement et rugbystiquement. 

Quel bilan tires-tu de la saison passée sur le plan ‘’prépa’ physique’’ ? 

C’était une super saison, le bilan est très positif. Au niveau des blessures, le total est correct. Il y a eu peut-être une période de fatigue en mars qui a été difficile à gérer. Mais elle est arrivée logiquement car on a beaucoup ‘’tiré’’ sur les gars avec la qualification en play-offs qu’il a fallu aller chercher. Au bilan, le staff était assez satisfait de l’homogénéité du groupe, que ce soit sur le travail ou l’état de forme. 

''La seule période où tu peux vraiment développer une qualité''

Comment se découpe la pré-saison ? 

Ta pré-saison va conditionner ton année. Et c’est la seule période où tu peux vraiment développer une qualité car pour le faire il faut créer beaucoup de fatigue, ''agresser'' le corps et qu'il est difficile de le faire pendant le championnat avec les matchs. On a basculé sur du jeu, du ''spécifique rugby'', début août. Avant, nous étions sur les qualités de base : vitesse, force… Tout en étant attentif à ne pas être dans l'antinomie (NDLR : le fait de travailler deux compétences opposées). On a jonglé avec cela et de la musculation en grande quantité sur le premier mois de prépa avant de se concentrer sur le rugby, les postes, le jeu. 

Quelle est la prochaine étape ? 

On va entrer dans la phase ‘’d’affûtage’’ : diminuer le volume d’entraînement tout en maintenant le travail. Moins de charge donc moins de consommation nerveuse et métabolique pour que les joueurs puissent se remettre du gros volume d’entraînement de juillet. L’objectif de cette phase est d’arriver aux matchs avec un certain état de fraîcheur. 

Qu’est-ce qu’il est incontournable de travailler avant d’attaquer le championnat ? 

Il faut réhabituer le corps à la charge de travail. Pas forcément sur du lourd mais de sorte à réhabituer au travail, au rythme, c’est le plus important. Ensuite, c’est dépendant des postes et des qualités. Au club, nous avons fait le choix de découper en fonction des profils des joueurs. 

L'arrivée des GPS

De quelle manière éviter la routine dans l’entraînement ? 

On essaie de changer assez souvent les contenus. Même si sur la préparation, ça reste très standardisé, il est nécessaire de casser les codes, par rapport à la pré-saison de l’année passée également . 

Les joueurs ont les programmes assez tard pour ne pas les installer dans le confort. En plus, on a parfois des nouveautés matérielles, là ce sont les GPS, c’est un gros plus. Toute la performance du joueur est épiée, décortiquée. Pour ceux qui ont une tendance à l’économie, ils vont être obligés de s’y filer. Et ceux qui arrivent à se faire violence seuls, vont continuer. 

D’un point de vue préparation physique, à quoi servent les matchs amicaux ?

À reprendre des repères sur l’effort spécifique qu’est l’activité en match. Avec les temps de travail qui vont être ceux de la compétition, avec de l’intensité dans les contacts, ce qui est très important. Juste sur le temps de l’impact, le joueur va subir cinq fois la gravité. On considère qu’un joueur prend un impact au moment ou la décélération subie est égale ou supérieure à 5G soit l’accélération d’une voiture de course

Le match amical doit réhabituer à cela. Et puis, ça nous permet de voir si les choix que l’on a fait sur les séquences imposées aux joueurs sont les bons. Vérifier que nous sommes dans les standards

  • 3 juillet : reprise
  • Week-end du 27 juillet : stage de cohésion organisé par le staff autour du thème de la Bretagne
  • Mi-août : stage ''rugby'' à Dinard
  • 24 août : match amical face à Nantes à Bain-de-Bretagne 
  • 31 août : match amical contre l’Olympique Marcquois à Pont-Audemer
  • 7 septembre : reprise du championnat
Actualités

Les Rennais champions de Fédérale 1… du kilomètre !

Tableau

14 août 2019

Hervé Maura, co-président du Stade Nantais, a réalisé une étude portant sur les kilomètres parcourus par les équipes de Fédérale...

Point sur les mouvements de l'équipe fanion

REC

10 août 2019

Point sur les mutations de l'équipe fanion.

Sailosi Nawavu : ‘’J'arrive en France pour progresser et jouer’’

Nawavu

30 juillet 2019

Troisième-ligne capable d’évoluer à quinze comme à sept, Sailosi Nawavu rejoint l’Hexagone et le REC avec l’ambition de s’adapter...

Deux matchs amicaux pour les Rennais

REC-RNR

30 juillet 2019

Afin de préparer l'ouverture du championnat, les troupes de Yann Moison et Kévin Courties vont jouer deux rencontres de préparation....

Tous les actualités