Rec Rugby Rennesclub breton de Fédérale 1

Fédérale 1, J1

Gaëtan Béraud : ''On va être attendus''

Accueil > Equipes séniors > Gaëtan Béraud : ''On va être attendus''

Fédérale 1 - Calendrier des matchs du Rec Rugby Rennes 2019-2020

Rennes EC - US Tyrosse, samedi 7 septembre, 18 heures. Avant le grand départ du championnat face à Tyrosse, le capitaine Gaëtan Béraud s’est livré.
REC-Anglet
Béraud, ballon en main, face à Anglet. Dubois au soutien ©Dominique Deblaise
REC-Nantes
Un revers (face à Nantes), un succès (contre l'OMR) pour les Rennais en préparation ©Dominique Deblaise
-par Jean

Il y a un an et une poignée de jours, Gaëtan Béraud, s’était longuement confié avant le match face à Dax et la plongée dans le grand bain du REC en Fédérale 1. Les Noir et Blanc s’avançaient alors dans l’inconnu avant d’attaquer un championnat dans lequel ils n’avaient encore jamais évolué. Le troisième-ligne centre évoquait le costume de ‘’Petit Poucet’’  que son équipe portait : ‘’Personne ne nous connaît, ne nous attend. C'est à nous de faire notre place dans ce championnat, dans cette poule et d'aller obtenir le maintien. On aura cette image tout au long de la saison mais c'est normal, on n'a rien prouvé à ce niveau là’’. 

En douze mois, le paysage a changé, les Bretons ont obtenu leur maintien avec brio, goûté aux play-offs et montré que leur place en Fédérale 1 n’est aucunement galvaudée. Avant d’attaquer une nouvelle saison, celle de la confirmation, ‘’la plus dure’’ de l’avis des bookmakers et du grand public, Gaëtan Béraud s’est, une nouvelle fois, plié à l’exercice de l’entretien, passant en revue la préparation, les objectifs du groupe, sa progression et le championnat de Fédérale 1. 

D’abord, comment s’est déroulée l’intersaison ? 

C’était bien et intense. On a repris début juillet avec une grosse partie préparation physique qui a duré six semaines : ça a été dur que ce soit côté terrain ou à la musculation. Mais ça a permis de souder encore un peu plus l’équipe. Les stages ont également créé des liens et les nouveaux ont pu s’intégrer. Les deux dernières semaines ont été moins intensives pour nous permettre d’arriver plus frais et particulièrement axés sur le rugby, les aspects stratégiques et tactiques

Que peux-tu nous dire sur les recrues ? Neuf au total dont six avants. 

C’est vrai qu’il y a pas mal d’avants ! Pour tous, leur intégration s’est bien passée, ils sont vite entrés dans le collectif et on a déjà du mal à faire la distinction entre nouveaux et anciens. C’est une bonne chose. On a aussi pu s’appuyer sur quelques joueurs du groupe Espoirs, certains même passés par le Skol, qui ont pu s’entraîner et jouer, c’est aussi important, ça veut dire que le club bosse bien. 

Une défaite face à Nantes (14-35), un succès contre l’OMR (35-19). Quel regard portes-tu sur les matchs amicaux ? Ce qui t’a plu ou moins plu ? 

Le premier amical, face à Nantes, est arrivé à un moment compliqué : le groupe en finissait avec la période de développement et globalement c’était difficile physiquement. C’était aussi notre première sortie à balles réelles, à ‘’intensité match’’, ce qui n’était pas leur cas. Toutefois, il ne faut pas se cacher derrière ça. Il y a eu des choses positives, d’autres négatives. Qu’on a essayé de gommer en bossant, notamment sur les ballons perdus et la défense sur maul. 

Le deuxième match a été plus positif face à une fausse équipe de Fédérale 2, je tiens à le souligner. Les Marcquois comptent des pros dans leurs rangs, des joueurs disponibles pour s’entraîner régulièrement et ils ont un niveau de jeu supérieur à la Fédérale 2. On a vu du positif notamment sur nos lancements et ces deux matchs de préparation nous donnent deux bonnes bases de travail vidéo pour préparer Tyrosse

''Montrer qu'on est prêt''

Quel sentiment domine avant d’attaquer le championnat ? 

On a toujours envie de commencer le championnat. L’équipe veut valider la préparation, faire une bonne sortie à domicile pour débuter et montrer qu'elle est prête. Les nouveaux vont aussi vouloir montrer qu’ils ont quelque chose à apporter. On n’a pas eu l'occasion de jouer Tyrosse l’année dernière, c’est l’occasion de se jauger. Et on a hâte de se mesurer au reste de la poule. 

Comment vois-tu cette équipe de Tyrosse, habituée aux joutes de la Fédérale 1 ? Historiquement d’abord puis sportivement ? 

Historiquement, l’UST est un club formateur qui a connu des années fastes. Ça fait très longtemps que le club est en Fédérale 1, habitué au haut du tableau. En étant landais et dacquois, c’est aussi un derby pour moi (rires). On va avoir affaire à une équipe pleine de valeurs, accrocheuse, laquelle va venir pour faire un résultat. Sur le terrain, ça reste un match de début de saison : il ne faut donc pas s’attendre à un jeu hyper léché de la part des équipes. Pour gagner, il faudra être solide en conquête, tenir en défense et concrétiser nos temps forts. L’aspect physique entrera également en compte : l’équipe la plus prête physiquement prendra une option importante sur la victoire.

Vous avez hérité d’une poule solide. 

Une poule très homogène à mon avis. Pour moi, il n’y a pas d’équipes très au-dessus comme pouvait l’être Rouen la saison passée. Tout le monde peut battre tout le monde, ça va être intéressant, tous les matchs vont être accrochés. 

Il y a un an, tu parlais du ‘’Petit Poucet’’, tu as la sensation que cette image a évolué ? 

Pour nous, elle a changé. Nous ne sommes plus le Petit Poucet : on s’est prouvé pendant un an que l’équipe pouvait rivaliser avec quasiment tout le monde, même Rouen, dont je parlais et qu’on a tenu. Ça c’est dans notre tête et c’est important. On a fait une belle saison mais le plus difficile commence désormais : il faut confirmer. On va être attendu partout notamment par les équipes que l’on a déjà jouées. Après, aux yeux du grand public, je ne sais pas si l’image a tellement évolué. 

Le championnat démarre par deux grosses réceptions. L’invincibilité à domicile est un objectif ? 

Au vu de la densité de la poule, je pense déjà qu’une équipe qui arrivera à être invaincue sur ses terres sera quasiment qualifiée pour les play-offs. Pour nous, c’est un aspect primordial et on doit déjà bien démarrer. Gagner ces deux rencontres nous permettrait de regarder un peu en haut et d’être considérés. À l’inverse, ça me paraît inconcevable de perdre chez nous. Donc, on peut dire que l’objectif est d’être invaincus à domicile. Pour cela, on compte sur nos valeurs de la saison passée, le fait de ne jamais lâcher un match notamment. Mais on a perdu trop de points à domicile, beaucoup trop, on doit gommer ça et faire profiter le public. 

Premier bloc capital

Maxime Gau, notamment passé par le Stade français et nouvelle recrue de Cognac Saint-Jean d’Angély, a confié au MagSport ne pas s’attendre à ce que la Fédérale 1 soit aussi ‘’costaud’’. Tu as l’impression que le niveau progresse encore ?

En comparaison avec le niveau d’il y a quelques saisons, ça parait clair. Il y avait moins d’entraînement, d’exigences et de joueurs professionnels. On est aussi mieux préparés donc la Fédérale 1 est en progrès, c’est une constante propre aux clubs du dessus également quand tu vois le difficile début de saison de Valence-Romans et Rouen en PRO D2 alors qu'ils avaient dominé la F1. 

Comment situes-tu l’importance de ce premier bloc ? 

Pour nous, il va être capital et risque de conditionner beaucoup de choses. On a déjà parlé de Tyrosse mais Cognac, qui vient après, est certainement le plus gros morceau de la poule et le Bassin aura à cœur de bien nous recevoir après notre victoire de l’année dernière (sourire). Ça va en tout cas lancer le championnat et donner une tendance. 

Quels sont les objectifs du groupe cette saison ? 

L’objectif premier est d’assurer le maintien le plus vite possible. Il ne faut pas oublier que c’est seulement notre deuxième saison à ce niveau et que l’on veut y pérenniser le club. Après, du côté des joueurs, on veut regoûter à la magie des phases finales donc on ne s’interdit rien. Mais il est clair que l’on doit impérativement valider rapidement le maintien. 

Tu attaques ta quatrième saison au club, commences-tu à te sentir breton ? 

Comme le dit bien Kévin (Courties), ‘’on ne naît pas breton, on le devient’’ (rires). Alors, je suis en passe de le devenir, je me sens de mieux en mieux ici, j’essaie de m’investir dans le club. J’ai été content de venir à Rennes, ça été une bonne trouvaille quand je suis venu finir mes études et comme je me sens bien, je reste. 

Un dernier mot pour conclure ? Pour tes coéquipiers ? Les supporters ? 

Pour les coéquipiers : je souhaite la meilleure des saisons à toute le monde même aux autres équipes de la poule. Concernant les supporters, ils doivent venir nombreux pour nous encourager. L’objectif est de ne pas perdre à Rennes, il faudra  donc du monde pour pousser derrière nous. Et puis… Krogit !

Actualités

‘’Facteur X’’, ‘’couteau suisse’’, ‘’faux-lent’’, zoom sur le poste d’arrière avec Vincent Bréhonnet

REC-RNR

20 septembre 2019

Rennes EC - RC Bassin d'Arcachon, dimanche 22 septembre, 15h. Vincent Bréhonnet, docteur ès skills et entraîneur des trois-quarts...

Face à Soyaux-Angoulême, un revers mais des promesses pour les Espoirs

REC-SAXV

15 septembre 2019

Espoirs Fédéraux. Rennes - Soyaux-Angoulême : 12-23. En ouverture de la saison et en lever de rideau de l’équipe fanion, les...

Nouvelle défaite sur la sirène, dénouement cruel pour le REC devant Cognac Saint-Jean d'Angély

REC-UCS

15 septembre 2019

Fédérale 1. Rennes - Cognac Saint-Jean d'Angély : 25-26. Au terme d'un combat féroce, les Rennais se sont inclinés au delà du...

Les Espoirs à l’assaut d’une nouvelle saison, entretien avec Thomas Mottin

Espoirs

13 septembre 2019

Rennes EC - Soyaux-Angoulême, samedi 14 septembre, 15h30. Entraîneur des avants du groupe Espoir, présent avec le groupe depuis...

Tous les actualités